image-a-la-une-autoroute-semaine

Article la semaine de castres : Autoroute : réflexions aux opposants

Placés face à leurs contradictions, peut-on encore penser que les opposants au tracé d’autoroute Castres/Mazamet-Toulouse défendent l’intérêt général ou même l’intérêt environnemental ?

– Parmi les opposants au projet, on en compte un certain nombre qui travaillent à Toulouse et qui vivent dans le Lauragais. Bilan carbone assurément très mauvais pour ceux-là même qui s’indignent des déplacements que doivent effectuer les autres.  La morale culpabilisatrice ne fait pas bon ménage avec les pratiques qu’impliquent les responsabilités professionnelles ou associatives de tout un chacun. Que vaut la morale sans la vertu de l’exemple ?

– Après avoir combattu la concession autoroutière en privilégiant une 2×2 voies gratuite, désormais, ils ne veulent plus de 2×2 voies.  Ne rien changer : voilà enfin avouée la volonté profonde de ces néo-conservateurs.

– Des écologistes qui vantent la décroissance et rejoignent ainsi les dogmes des altermondialistes et de l’extrême gauche.  Aux dogmes des écologistes, préférons les analyses des écologues qui considèrent l’environnement comme un terrain d’études scientifique et non comme un terrain idéologique et politique.

– A l’autoroute, les opposants disent préférer le train car il est électrique.  Ont-ils oublié que 78 % de l’électricité en France est d’origine nucléaire ?  Les opposants combattent donc le nucléaire mais veulent exclusivement le train entre Castres et Toulouse…  Pas sûr qu’il puisse quitter la gare.

– L’autoroute va détruire des terres agricoles.  Ce que les opposants, s’empressent de dénoncer… pourtant ils dénoncent avec la même énergie une activité agricole qui détruirait la biodiversité par l’usage de ses pesticides…  Alors ? Quelle est la cohérence ?

– 15 villages de l’est de la Haute-Garonne s’opposent au projet d’autoroute… mais tout le monde réclame des échangeurs sur sa zone pour ne pas rater les bénéfices qu’apportera l’autoroute.

– Ils condamnent les fonds publics destinés à construire une autoroute concédée. Pourtant ceux-ci favoriseront une égalité territoriale que l’enclavement actuel nous interdit. France Nature environnement est financée à hauteur de plus de 90% par les fonds publics pour défendre des idées pourtant très partisanes…

Le budget de France Nature Environnement (FNE) a plus que doublé entre 2007 et 2015. Les dons et legs représentent en 2015 seulement 8% du budget de FNE. L’association dépend en grande partie des subventions publiques, le ministère de l’Ecologie assurant à lui seul 31% du budget de FNE en 2015. A noter que depuis 2008, FNE est opaque concernant les sommes versées par chaque entreprise dans le cadre d’un mécénat ou d’un partenariat. Depuis 2011, FNE a également renoncé à détailler les sommes provenant du financement public. Extrait d’Ecolopedia.fr.

Marcus