lancement

Article La Dépêche du 08/06/2016

Via81 : la nouvelle union pour booster le projet d’autoroute vers Toulouse

Autoroute Castres-Toulouse – Désenclavement

C’est désormais autour d’une seule association, Via 81 créée officiellement hier soir, que les pro-autoroute se rassemblent. A l’approche de l’enquête publique sur le tracé Castres-Toulouse, Atlase et les Routes de l’Avenir ont décidé de fusionner.

Alors que l’enquête publique sur le projet d’autoroute Castres-Toulouse approche, toujours fixée par l’Etat à début décembre 2016, les représentants de la société civile et des habitants favorables au projet ont décidé de se regrouper dans une nouvelle association fondée hier soir dans les locaux de la CCI de Castres et qui sera présidée par Guy Bousquet.

Via81, (voies incontournables d’avenir) est issue de la fusion entre deux associations qui militaient pour la même cause avec des publics un peu différents : Atlase d’un côté, association historique regroupant surtout des chefs d’entreprises et les Routes de l’Avenir, davantage grand public, portée jusqu’à présent par Laurent Cabrol.

Guy Bousquet a indiqué hier soir : «L’approche de l’enquête publique nécessite pour nous une certaine mobilisation. Nous souhaitons fédérer autour du projet d’autoroute concédée car nous restons persuadés que c’est le seul moyen aujourd’hui de désenclaver le sud du Tarn. L’autoroute est actée et on reste dans une phase positive. Nous voulons suivre au plus près le calendrier, informer en dehors de toute récupération ou toute arrière-pensée politique.»

Du coup, les élus ne sont pas présents dans cette nouvelle structure issue de la société civile. Il y a là des organisations syndicales de salariés par exemple mais aussi de nombreuses organisations patronales, syndicats professionnels qu’ils soient issus de la santé, de l’industrie, des services, des professions libérales, du commerce. etc. «Les citer toutes pourrait nous faire risquer d’en oublier certaines» a indiqué Xavier Pagès de l’Uimm (métallurgie) aux côtés de ses confrères.

Une bonne centaine de personnes assistait hier soir aux premiers pas officiels d’une association qui a déjà bien balisé le terrain. Guy Bousquet : «Nous avons rencontré beaucoup de monde depuis la décision de fusionner nos associations. On est toujours bien reçus mais nous savons aussi que si l’on ne bouscule pas l’Etat, on risque de perdre du temps.»

Via81 entend militer pour que, par exemple, certaines procédures puissent être enclenchées plus rapidement sans déroger aux délais légaux.

Fédérer, informer et mobiliser pour l’enquête publique : c’est le credo d’une association qui espère remettre du punch parmi les personnes et organisations favorables à l’autoroute Castres-Toulouse.

Le site internet de l’association est opérationnel ici : www.via81.fr


A propos des solutions alternatives

Les fondateurs de Via81 restent confiants sur les engagements des différentes collectivités, Etat, Région et Département favorables au projet d’autoroute et futurs co-financeurs de la subvention d’équilibre qui aidera le concessionnaire à réaliser les travaux. Alors que les anti-autoroute et les élus écologistes à la Région Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon font le forcing actuellement pour faire financer par la Région une étude sur une solution alternative à l’autoroute, Guy Bousquet estime : «Nous avons interrogé Claire Fita, conseillère régionale et présidente de la commission des finances qui nous a assuré que la Présidente de la région Carole Delga n’avait pas changé d’avis. Elle est favorable à l’autoroute et refuse le financement d’études alternatives.» Michel Berthoumieux (CFDT) va plus loin : «Les opposants à cette solution trouvent toujours des solutions alternatives, un coup vers Lavaur, un coup sur place …etc. Mais ce que l’on constate, c’est que personne ne remet en cause l’idée qu’il est nécessaire de désenclaver le sud Tarn.» Et Guy Bousquet d’ajouter : «Contrairement à ce que disent les opposants, nous ne sommes pas démodés. Bien au contraire. Je dirai même qu’une autoroute est toujours plus écologique qu’une route nationale où le trafic pollue les villes, les effluents ne sont pas traités …etc.»