image-a-la-une-autoroute-fanions2

Article la dépêche 06/11/16

Opération Fanion : les «pro» autoroute installent des silhouettes de voitures

Action

Opération coup de poing hier matin de l’association Via 81. «Fanion» tel était le nom de code de cette action des militants pour la création de l’autoroute.

On connaît les silhouettes noires et lugubres de personnes symbolisant en bord de route les malheureuses victimes d’un accident. Voici désormais les silhouettes orange représentant des véhicules ! Elles ont fait leur apparition très tôt hier matin entre Castres et Verfeil, en bordure de la RN 126, et dans les deux sens de circulation. Il s’agit d’une opération dénommée «Fanion» menée par les partisans d’un tracé autoroutier entre la ville sous-préfecture du Tarn et la capitale régionale. Regroupés sous la bannière de l’association Voies incontournables d’avenir 81 (Via 81), présidée par l’entrepreneur castrais Guy Bousquet.

Hier, une quarantaine de membres de l’association Via 81 n’ont pas hésité à se lever très tôt pour se retrouver dès 5 heures à Labruguière. Là, cinq camions les attendaient. Les silhouettes faites de contreplaqué et palettes de bois ont été chargées dans les remorques. Direction la RN 126 ! En moins de deux heures 30 silhouettes d’orange vêtues et parées du logo bien connu annonçant une autoroute, ont été déposées en bord de chaussée, dans un champ, un fossé, un rond-point. Chacune portait l’un des trois mots-clés qui déterminent depuis des années l’action et la motivation des «pro» autoroute : santé, emploi, sécurité.

 

Jean-Pierre précise : «Santé : car, sans autoroute, nous nous dirigerons vers un désert médical et une offre moindre ; emploi : car plus de 2000 emplois sont menacés d’ici 5 ans ; sécurité : car cet axe – 19 morts – reste l’un des plus dangereux de la région.»

À ces mots, un semi-remorque frôle une grappe d’adhérents de Via 81 munis de leur gilet jaune : sous une pluie fine continue, l’ensemble routier doit bien rouler à quelque 120 km/heures conduit par un chauffeur qui tient son portable à la main ! «L’autoroute ne changera pas ce genre de comportement, certes, déplore un militant de l’association. Mais, au moins, il ne devrait plus être sur cet axe.»

«Il faut, plus que jamais, rappeler que seule la solution autoroutière peut répondre aux enjeux du futur, renchérit le président de Via 81. Pour lutter contre l’insécurité routière, contre la perte des emplois et la disparition des entreprises, contre l’exode des jeunes et la création d’un désert médical, le temps presse.»

Et Paul Houlès – l’homme qui a réalisé les silhouettes durant 3 semaines – d’ajouter : «80 % des Tarnais approuvent et attendent la création de l’autoroute, comme l’a démontré le récent sondage Ifop. Cette adhésion doit maintenant se traduire par une démarche active, en participant à l’enquête publique.»


Via 81 : Mobiliser pour l’enquête

L’association Via 81, association apolitique, rassemble des chefs d’entreprise, des syndicats professionnels, des syndicats de salariés, des associations et de particuliers de tous âges et de toutes professions. Sa seule vocation : la réalisation d’une autoroute entre Castres et Toulouse. Son président Guy Bousquet rappelle : «A quelques jours du lancement de l’Enquête d’utilité publique, annoncé devant l’Assemblée nationale par Ségolène Royal, l’association Via 81 donne le coup d’envoi de la mobilisation. En effet, après plusieurs décennies de reports et de débats, le projet d’autoroute entre Toulouse et Castres arrive enfin à cette étape tant attendue. C’est une avancée considérable mais aussi une étape décisive. C’est le moment, pour tout un territoire, de faire entendre sa voix et de dire haut et fort sa volonté d’être désenclavé. Nous ne pouvons plus accepter d’être le seul bassin de 100 000 habitants à n’être pas relié au réseau autoroutier» Et le président de marteler : «L’objectif d’ouverture de l’autoroute en 2022 est réaliste, la ministre vient elle-même de le confirmer. Plus aucun retard n’est acceptable. L’autoroute, c’est demain. La mobilisation, c’est maintenant !»