image-a-la-une-autoroute-04-10-16

Article la dépêche 04/11/16

La ministre de l’Environnement confirme le calendrier pour l’autoroute

Autoroute Castres-Toulouse

 

Ségolène Royal, ministre de l’Environnement, a confirmé avant hier soir que l’enquête publique pour l’autoroute Castres-Toulouse aurait bien lieu en décembre. Elle était interrogée par le député Folliot lors du débat budgétaire 2017.

Alors que le mois d’octobre a été particulièrement rude pour les défenseurs du projet d’autoroute à péage entre Toulouse et Castres, c’est avec un certain soulagement qu’ils ont appris hier que l’enquête publique aurait bien lieu au mois de décembre prochain (lire en encadré). C’est en tout cas ce qu’a confirmé avant-hier soir la ministre de l’Environnement Ségolène Royal qui était interrogée par le député du Tarn Philippe Folliot lors des discussions sur le budget 2017 à l’Assemblée Nationale.

Le député UDI, rappelant les deux rapports très critiques émanant de l’Autorité Environnementale d’une part et du Commissariat général à l’investissement d’autre part (1) demandait ainsi à la ministre «une clarification» sur les intentions du Gouvernement dans ce dossier.

Et Ségolène Royal, qui dans un premier temps a indiqué que : «l’enquête publique pourrait être lancée au mois de décembre 2016», interrompue par le député Folliot, a bien indiqué : «Qui sera lancée (l’enquête publique) au mois de décembre 2016».

Mais la ministre de l’Environnement est allée beaucoup plus loin dans sa réponse, répondant aux réserves émises par le Commissariat général à l’environnement : «Je rappelle que la décision prise à l’issue du débat public de 2009 invoquait l’urgence du désenclavement du territoire. Or les autres solutions envisagées permettraient difficilement de le désenclaver. Je dis cela pour répondre aux réserves émises par le CGI.»

 

Évoquant les précautions nécessaires pour permettre au projet d’aboutir, la ministre a informé que les services de l’Etat allaient apporter des précisions et compléments d’études qui seront versés au dossier en vue de l’enquête publique.

Et en guise de conclusion elle a ajouté : «C’est la condition pour qu’un tel projet, sur lequel une coordination très étroite est nécessaire, aboutisse dans de bonnes conditions pour sa réalisation. L’objectif prévu, -la fin du chantier en 2022- reste tenable. Vous pouvez compter sur la détermination du Gouvernement pour qu’il en soit ainsi, dans l’intérêt de la région de Castres et de tout le territoire tarnais.»

Une réponse claire en tout cas alors que les anti-autoroute avaient écrit il y a quelques jours à la même ministre de l’Environnement pour plaider l’abandon du projet d’autoroute (concédée ou pas d’ailleurs).

1- lire nos éditions des 11 et 19 octobre.


L’enquête publique pourrait durer deux mois

Selon nos informations, la décision de lancer l’enquête publique sur le projet d’autoroute à péage entre Castres et Toulouse a bien été prise mais n’a pas été rendue officielle à cette heure. Le commissaire enquêteur aurait même déjà été désigné.

A priori, cette enquête publique durerait deux mois, du 5 décembre 2016 au 27 janvier 2017. Légalement, la durée d’un mois peut suffire mais la période des fêtes de fin d’année n’est pas vraiment propice à ce type de débat. Du coup, les services de l’Etat auraient décidé de la prolonger jusqu’à fin janvier 2017.

Pour les défenseurs du projet autoroutier, il était très important que cette enquête publique puisse se faire dans cette période afin d’éviter la longue période dite de «réserve» en raison des élections Présidentielle et Législative qui vont tout bloquer au moins jusqu’à l’été prochain.

Du coup, on estime que la déclaration d’utilité publique pourrait alors être prise en 2018 avant le choix du concessionnaire et puis le lancement des travaux.


Repères

Le chiffre : 2022

fin des travaux>de l’autoroute. Selon Ségolène Royal, l’objectif d’une fin de travaux de l’autoroute pour 2022 reste tenable.