IMAGE A LA UNE-AUTOROUTE-FR3 copie

Article depeche du 19/01/17

Le 11 janvier, l’Ardiac (le club d’entreprises revelois) et l’association Via81 se réunissaient afin d’informer les usagers sur l’état d’avancement du projet d’autoroute reliant Castres à Toulouse, dont les travaux devraient commencer en 2020.

L’enquête publique, démarrée le 5 décembre, a pour but de récolter les avis des usagers concernant le projet d’autoroute, les informer, et répondre aux diverses interrogations. Par e-mail ou par courrier, chacun peut faire part de son avis ou de ses interrogations via les sites internet de Haute Garonne et du Tarn, ou à la sous-préfecture de Castres. Une quarantaine de personnes ont répondu à l’appel de cette réunion d’information, majoritairement des chefs d’entreprise. Ces derniers sont pour la plupart favorables à ce projet d’autoroute. Pour l’Ardiac, l’autoroute a un intérêt non négligeable pour les entreprises revéloises.

Castres-Toulouse en un quart d’heure

En effet, la réalisation de ce projet permettra de réduire le temps de trajet entre Castres et Toulouse d’un quart d’heure. Pour les revélois, il faudra se rendre à Puylaurens afin d’accéder à cette nouvelle route. Le président de l’Ardiac, Jean-Odon Cénac, voit là une opportunité d’installer de nouvelles entreprises sur le territoire, qui sera à l’avenir plus accessible depuis Toulouse, et inversement.

Aux arguments des réfractaires à ce projet, à celles et ceux qui penchent vers l’amélioration des routes existantes en aménagement en deux fois deux voies, la réponse fournie est la suivante : l’argent public est insuffisant pour réaliser ce genre de projets, et les travaux seraient étalés sur une période trop longue. La portion d’autoroute reliant Castres à Toulouse sera financée, comme la majorité des autoroutes, par la société qui détiendra la concession. L’appel d’offres sera lancé en 2019.

50 km d’autoroute

Le budget prévisionnel global pour la réalisation de ces 50 kilomètres d’autoroute est de 457 millions d’euros. En ce qui concerne le prix à débourser pour emprunter cette portion d’autoroute, le tarif précis sera connu après l’appel d’offres, lorsque le concessionnaire sera désigné. Cela comprend les études, la route et les stations de péage. Dans le cas où l’enquête présenterait de trop nombreuses oppositions, la commission d’enquête pourrait revoir et améliorer le projet sur les points concernés. Ce sujet, qui soulève de nombreuses interrogations, reste ouvert aux avis des usagers. Cependant, le planning du déroulé des opérations, de l’enquête publique à la mise en service est déjà tracé.

Renseignements sur les sites www.haute-garonne.gouv.fr et www.tarn.gouv.fr. La Dépêche du Midi